• Accueil
  • > Non classé
  • > Le week-end en noir d’octobre de la révolte de l’élection truquée au Cameroun

Le week-end en noir d’octobre de la révolte de l’élection truquée au Cameroun

Camerounaises, Camerounais,

L’élection présidentielle aura lieu le 9 octobre  sur l’ensemble du territoire national et auprès des missions diplomatiques de notre pays. Comme vous le savez, il n’y aura pas de surprise. Le candidat-président  Paul Biya du RDPC, parti au pouvoir depuis 1982, sera élu. Une fois de plus, l’élection n’est pas libre et transparente au Cameroun malgré l’appel pressant des Camerounais du terroir et de la diaspora à l’instauration d’une démocratie véritable dans notre pays. Le chef de l’État demeure également insensible à l’alternance à la tête de l’État après trois décennies de pouvoir.  La Communauté internationale est sourde et muette à la volonté de changement du peuple camerounais contrairement à sa détermination dans plusieurs autres pays du monde, notamment la Libye  de Kadhafi.  L’injustice à la fin, disait Voltaire, produit l’indépendance.  La non violence est aussi une arme redoutable pour  passer un message clair au chef de l’État Paul Biya qui refuse d’organiser des élections crédibles au Cameroun pour sortir par une porte plus honorable après environ 50 ans de hautes fonctions administratives au pays. Pour marquer son indignation au président Paul Biya, nous proposons le lancement d’une opération de révolte pacifique baptisée le Week-end en noir d’octobre de la révolte de l’élection  truquée au Cameroun.   Il s’agit d’inviter les Camerounaises et Camerounais du terroir et de la diaspora qui rêvent d’un Cameroun prospère et démocratique à s’habiller en noir le samedi  8 et dimanche 9 octobre, jour de l’élection présidentielle. Les Camerounaises et Camerounais qui voudront voter pourront aussi remplir leur devoir de citoyens en portant des vêtements noirs. Nous invitons également tous les scrutateurs dans les bureaux de vote de faire leur devoir dans une tenue noire pour marquer leur profonde douleur ou peine du refus du chef de l’État d’organiser des élections crédibles dans notre pays pour passer honorablement le témoin à une autre personne. 

Nous comptons sur le patriotisme des Camerounaises et Camerounais  au pays et au sein de la diaspora  pour participer pleinement à l’opération le Week-end en noir d’octobre de la révolte de l’élection  truquée au Cameroun.

Vive le Cameroun libre et démocratique

Vive le peuple camerounais vainqueur de l’injustice

Ferdinand Mayega
Journaliste-écrivain
Correspondant de presse

Chercheur des questions de diaspora
et de développement en Afrique 

 Associé de recherche au Centre  de recherche pluridisciplinaire   sur les communautés d’Afrique et de Diasporas (CERCLECAD)

 Adresse courriel : Ferdinand.mayega@yahoo.fr    

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

simplement moi |
:: La critik est un avis :: |
naruzaza |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sassouna.unblog.fr/
| pferd
| Konoron'kwah